I shine in the dark

Janvier 2020

Poster un commentaire

Eh ben voilà, en mars j’aurai 37 ans, c’est facile, ça fera 30 ans que je joue sur un piano. J’en ai eu 2. J’ai aimé le premier, un peu moins le deuxième.
J’ai fait un premier concert à 30 ans.
D’ailleurs, c’est bizarre, c’est toujours dans un cadre qui n’a rien à voir qu’émergent des projets dans lesquels je me décide à sauter le pas.
Et puis en enregistrant un premier disque, j’ai entendu comme une sorte de bûcheron qui tapait sur un clavier, du coup j’ai repris des cours, et j’ai bien fait, c’est génial.
Mais par contre, c’est pas facile quand tu as le nez dans du Poulenc ou du Debussy d’aller faire tes petits trucs à toi juste derrière.
Donc pour le moment, je laisse tout ça "un peu" en chantier.

Par contre, depuis plusieurs années, je prends de notes à propos de morceaux qui me plaisent. Tellement que je voudrais les empoigner, les refaire, les reprendre, les malaxer.
Je ne sais pas s’il existe de bons morceaux sur des histoires d’amour heureuses, mais sur les histoires qui foirent il y en a un paquet. Et sur la disparition aussi. Dont certaines résonnent tellement particulièrement. Et puis ça m’emmène ailleurs, je dois quitter mon gros piano bien solide.
On pourrait se demander si c’est bien malin de reprendre quelque chose qui est déjà tellement parfait. Bon. On va dire que pour quelqu’un qui reprend les partitions des autres depuis déjà tellement de temps, on va dire qu’on n’est plus à ça prêt.

Donc dans quelques jours je jouerai un petit set de chansons d’amour fâchées. Des reprises donc. Je mets tout ça dans un dossier que j’appelle depuis longtemps "I shine in the dark", je pense que je vais valider.
Ca ne sera à mon avis jamais correctement enregistré, ça sera juste simplement ma récrée : un clavier en plastique qui fait une octave et demie, une bonne vieille RC 30 et un ordi.
Premier essai samedi soir à 18h30 espace Franquin à Angoulême.

TEST_1

Disclamer

She’s not dead

Janvier 2019

Poster un commentaire

Dans la collection #reprises, #chanson, #absence, #deuil. Adrian Belew She’s not dead.

Disclamer

P A Y N E "Someone is missing"

Mai 2017

Poster un commentaire

UPDATE : les disques ne sont plus diffusés, vous pouvez vous les procurer à nos concerts ou en nous contactant à contacterpayne(@)gmail.com

"Someone is missing" est disponible en France et en numérique !
Matamore/ Microcultures/ Differ-Ant/ La centrifugeuse

Les images sont de Camille Cooken

Vous pouvez trouver le disque à nos concerts, là notamment :

Plusieurs titres sont en écoute sur notre soundcloud :

On est , et puis aussi.

On en parle,ici par exemple !

Travailler pour soi

Janvier 2017

Poster un commentaire

J’ai reçu il y a quelque jours la galette test pour P A Y N E, incrédule j’étais, mais j’ai bien senti monter ce qu’on appelle de la fierté !
Le début de l’année s’annonce bien tendu, puisque non seulement on doit préparer et assurer cette sortie du mieux qu’on peut, mais en plus, je lui fais un clip à ce disque !
Et comme on a besoin d’un peu d’argent, on fait aussi une campagne chez microcultures.
Faut aller voir, on a encore besoin d’un coup de pouce, en plus on a trois titres en écoute !

En attendant, je commence à cravacher pour "White Mountain" !

NB : Si ça vous plaît, notez qu’il y a moyen d’obtenir des originaux du clip dans les contreparties de la campagne. Je dis ça, je dis rien.

Payne @ musique(s) de cour

Juillet 2016

Poster un commentaire

Ce week-end P A Y N E jouait en duo dans une petite cour bruxelloise verdoyante.
Le projet accueille chaque mois (pendant les mois cléments) un musicien ou un projet différent, et une trentaine de paire d’oreilles particulièrement attentives.
Très chouette.
Quelques photos ©fabonthemoon

Portrait par Anne-Lise Remacle

Juillet 2016

Poster un commentaire

SOURCE : musiquesdecour.tumblr.com

Joanna Lorho illustre. Récemment, pour le sensible et collectif ‘Échos’ publié à l’Employé du Moi, elle faisait ressurgir l’enfance dans les entrailles d’un poisson qu’on découpe, dans les traits d’une grand-mère désireuse de transmettre les beaux gestes.

Joanna Lorho anime. Dans son court-métrage Kijé, qui a mené son bout de chemin en festivals, un homme esseulé de la ville se laisse happer toute une nuit par une cohorte de personnages et leurs insolites rituels. C’est déjà sa propre musique qui crée les échos.

Joanna joue du piano et chante. Petite, elle ne s’est pas laissé démonter par un tyran à moustache peu conscient de sa passion naissante pour les touches noires et blanches. Elle s’est accrochée au « feuilleté du piano », est passée par le Conservatoire. A mis un temps son envie de jouer et chanter en tiroir avant de l’apprivoiser patiemment et de la faire à nouveau scintiller.

Joanna Lorho fait liant de toutes ses pratiques : dans chacun de ces champs des possibles, ses esquisses fines sont autant de brèches d’intimité. De murmures feutrés, en infimes nuances grises, graphite et tempo, à ton lobe.

Celle qui a atteint en 2014 la finale du Concours Circuit sous le nom « Forest Bath » (en trio, avec Stéphane Daubersy et Corentin Dellicour au violoncelle) glisse aujourd’hui Payne dans vos bagages. Un projet qui – comme son nom sibyllin – dit les petites brûlures, offre une portion de son âme et de la tienne à la mélancolie, s’inscrit dans le sillage de ces interprètes qui, comme Antony and the Johnsons ou Joanna Newsom, se laissent enfouir à demi dans la brume du tragique pour faire luire autre chose, gracile et puissant à la fois. S’emparent parfois d’autrefois pour faire davantage résonner aujourd’hui.

Anne-Lise Remacle - juillet 2016

La brume ascendante

Janvier 2016

Poster un commentaire

Il y a quelques temps on a cherché à sortir des brumes pour avoir un peu de lumière. On est monté dans la montagne. Mais la brume a été plus rapide que nous, elle gardait son air tranquille mais en vérité elle grimpait vers nous comme une furie . Croire qu’on va profiter du soleil et disparaître dans un triste brouillard, ça m’a fortement attristé.
Sinon à part ça les journées sont beaucoup trop courtes.

Disclamer